Follow Us @fofie_lit

24 juin 2017

Vivement l'amour - Charlie Bregman


J'avoue avoir tournée cette chronique mille fois dans ma tête mais le résultat reste inchangé : 
elle n'est pas très positive...

*Partenariat*

Il s'agit d'un partenariat établi avec l'auteur Charlie Bregman que je remercie pour l'envoi de son roman et la superbe dédicace ! 

J'ai opté pour lire ce roman, tout d'abord, parce que la couverture m'a plu : elle est tape à l’œil, fraîche, vive,... Mais aussi car le résumé était prometteur : 
"1989. Charlie, 15 ans, est un garçon timide et complexé qui tombe amoureux de la fille qu'il ne lui faut pas : la belle et intelligente Marina, particulièrement bien dans ses baskets.Pour la conquérir, il n'a pas d'autre choix que d'affronter ses doutes, ses complexes et ses peurs, pour faire face à deux obstacles majeurs : sa méconnaissance totale de la sexualité, et l'autorité indiscutable de ses parents, pour qui, à cet âge, seuls les résultats scolaires n'ont d'importance."

L'auteur m'avait bien prévenue : le chapitré 2 n'est plus d'actualité... Ok, je ne l'ai pas lu ! Mais quand est-il du 3 qui n'apporte rien ? Celui où l'éloge du bonobo est fait ? Cet autre où on lit des mots de patois et leurs définitions ? Etc...

Couverture de Vivement l'amour par Charlie BregmanL'idée de base de Vivement l'amour est bonne : raconter les premiers émois tels qu'ils étaient avant que les réseaux sociaux ne s'en mêlent etc... Mais pourquoi partir dans tous les sens ? L'auteur raconte bien, mais trop de "trop" ! Selon moi, sur les 424 pages que comptent ce roman, à peine la moitié (si ce n'est le tiers) auraient largement suffit ! Je me suis noyée dans la foule d'informations données par l'auteur.

Je suis passée complètement à côté de ce livre, mais je ne doute pas qu'il plaira à d'autres !

Auteur : Charlie Bregman
Maison d'Editions : Auto Edition
Date de parution :  2016
Pages : 424    
L'avez-vous lu ? Si oui, vous en avez pensé quoi, vous ?

4 commentaires:

  1. En tant qu'auteur, je fais face à ma première critique négative, mais je crois que je m'y attendais un peu, la chroniqueuse étant particulièrement jeune, et les lecteurs fans de ce livre ayant tous été des anciens ados des années 80, particulièrement exposés à cette construction identitaire si difficile qui fait qu'ils ont adoré justement le rendu littéraire (reproché ici) de ce cerveau qui part dans tous les sens (caractéristique des enfants "zèbres").

    Cela n'enlève rien au fait que la critique a été argumentée, et rédigée sans aucune agressivité. Après tout, chacun trouve dans les livres ce qui fait écho en lui.

    Il y a quelques années, ce genre de critique m'aurait fortement déstabilisé, n'étant pas prêt à l'accueillir. Aujourd'hui que j'ai compris le sens de nos livres, le fait qu'ils ne fournissent que leurs mots à eux et que "le cœur du message bat déjà en vous", je m'aperçois que le travail sur soi implique forcément une amélioration personnelle au niveau de l'égo.

    Le propre de la littérature (comme de tous les arts d'ailleurs) est de nous confronter à nos miroirs.
    Ce livre là n'avait visiblement rien à apporter à "Fofie Lit". J'ai envie de dire désolé pour le temps perdu, mais surtout tant pis pour une rencontre qui n'aura pas eu lieu (entre elle et le contenu du livre).

    Merci en tout cas pour la curiosité et le respect du partenariat de départ.
    Bonne continuation dans vos lectures, Sophie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie encore pour le partenariat.

      Supprimer
  2. Dommage que tu n'aies pas trop accroché avec ce livre :/
    Mais bon, tous les gouts sont dans la nature et on ne peut pas tous aimer la même chose :)

    RépondreSupprimer